ROME, 6 décembre (Reuters) - Les autorités italiennes ont officiellement informé leurs homologues chinoises qu'elles se retiraient des Nouvelles routes de la soie (Belt and Road Initiative, BRI), un gigantesque projet d'infrastructure orchestré par Pékin, a-t-on appris mardi de sources gouvernementales.

Giorgia Meloni, la présidente du Conseil italien, répète depuis plusieurs mois qu'elle souhaite quitter ce dispositif qui tire son appellation de l'ancien réseau de routes commerciales qui reliait la Chine à l'Occident.

Alors dirigée par Giuseppe Conte, l'Italie était devenue en 2019 le premier, et à ce jour le seul, pays du G7 à rejoindre la BRI. Cet accord devait prendre fin en mars 2024 mais il aurait été automatiquement renouvelé si le gouvernement italien ne s'était pas manifesté. (Angelo Amante; version française Nicolas Delame, édité par Blandine Hénault)