Zurich (awp) - La Bourse suisse devrait ouvrir en baisse, dans la foulée d'une clôture en ordre dispersé aux Etats-Unis. Les intervenants s'occuperont avec de nombreuses nouvelles macroéconomiques, tandis que celles d'entreprises se font rares, la saison des résultats trimestriels touchant à sa fin.

"Pour le premier jour de négoce après le long weekend, les courtiers (aux Etats-Unis ndlr) sont revenus les pieds sur terre", remarque l'analyste de Swissquote Ipek Ozkardeskaya. "Pour les actions, la progression des rendements des bons du trésor n'était pas un soutien, mais les bonnes nouvelles dans le secteur technologique ont sauvé la journée, laissant le S&P 500 peu changé", a expliqué l'analyste.

Sur le plan des nouvelles macroéconomiques, le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine pour 2024 à 5%, saluant les mesures récentes prises par Pékin pour stimuler son économie à la peine. La croissance devrait ensuite ralentir en 2025 à 4,5%.

En Allemagne, le moral des consommateurs a poursuivi sa remontée en juin, sur fond d'inflation maîtrisée et de revenus réels en hausse dans le pays, selon le baromètre GfK.

Le moral des ménages en France et l'inflation en Allemagne pour le mois de mai sont au programme, de même que les statistiques de la BCE sur l'évolution des crédits en Europe. En Suisse, l'indice UBS-CFA intéressera également les investisseurs. Dans la soirée sera publié le livre beige de la Réserve fédérale (Fed).

Vers 8h11, le SMI lâchait 0,21% à 11'829,30 points, selon les calculs avant-Bourse de la banque Julius Bär. A l'exception de Roche et Swiss Re, l'ensemble des vingt valeurs constitutives de l'indice phare notait dans le rouge, dans une fourchette entre -0,2% et 0,4%.

Roche (+0,1%) a obtenu de la part de l'autorité sanitaire américaine (FDA) le statut d'examen prioritaire en vue de l'homologation du traitement oral du cancer du sein inavolisib en combinaison avec les chimiothérapies standard palbociclib et le fulvestrant. La décision fait suite aux résultats favorables d'une étude de phase III INAVO120.

Swiss Re (+0,7%) profitait d'un relèvement de recommandation à "buy" par HSBC.

Les deux autres poids lourds Novartis et Nestlé (chacun -0,2%) pesaient sur les indices.

ol/jh