Zurich (awp) - La Bourse suisse limitait ses pertes mercredi à l'approche de la mi-journée par rapport au début de séance. Dans les premiers échanges, le SMI avait même glissé même sous la barre symbolique des 11'800 points. Les intervenants s'occupent avec de nombreuses nouvelles macroéconomiques, tandis que celles d'entreprises se font rares, la saison des résultats trimestriels touchant à sa fin.

"Les marchés européens ont suivi mercredi le sentiment d'aversion au risque à l'échelle mondiale, glissant à la baisse alors que les espoirs des investisseurs de baisses de taux dans l'UE et aux États-Unis ont été compromis", a expliqué Pierre Veyret, analyste chez Activtrades. "La perspective d'un démarrage retardé du prochain cycle d'assouplissement monétaire remodèle le sentiment du marché, entraînant les devises à la hausse tout en faisant pression sur les marchés obligataires et boursiers", a-t-il poursuivi. La fébrilité des intervenants est également liée à la publication de plusieurs données macroéconomiques d'envergure. "Nous nous attendons à ce que la volatilité des marchés s'accentue à mesure que nous entrons dans cette deuxième partie de semaine chargée sur le plan économique".

Sur le plan des nouvelles macroéconomiques, le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine pour 2024 à 5%, saluant les mesures récentes prises par Pékin pour stimuler son économie à la peine.

En Allemagne, le moral des consommateurs a poursuivi sa remontée en juin, sur fond d'inflation maîtrisée et de revenus réels en hausse dans le pays, selon le baromètre GfK. En France, la confiance des ménages en France est restée à un niveau "bien en dessous de sa moyenne longue période", selon l'Insee. En Suisse, l'indice UBS-CFA a dévoilé des perspectives économiques modérément optimistes pour les six prochains mois. Entre janvier et fin mars, le secteur de la construction a généré des chiffres d'affaires en hausse de 0,7% sur un an à 4,66 milliards de francs suisses, selon la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

Les crédits au secteur privé ont poursuivi leur lente remontée dans la zone euro en avril.

L'inflation en Allemagne pour le mois de mai figure encore au programme. Dans la soirée sera publié le livre beige de la Réserve fédérale (Fed).

Vers 11h02, le SMI lâchait 0,22% à 11'828,3 points, le SLI reculait de 0,30% à 1938,22 points et le SPI lâchait 0,22% à 15'809,98 points. Sur les trente valeurs constitutives de l'indice SLI, sept seulement étaient dans le vert, 21 dans le rouge et deux (Sandoz et Swisscom) étaient stables.

Swiss Re (+1,3%) avait pris la tête du classement provisoire. Le réassureur profitait de commentaires d'analytes positifs: la banque HSBC a relevé sa recommandation à "buy" et Oddo BHF attribue désormais "outperform". Le bon de participation Lindt (+0,8%) et Givaudan (+0,7%) complétaient le podium.

Roche (bon de jouissance: -0,1%, porteur: -0,9%) a obtenu de la part de l'autorité sanitaire américaine (FDA) le statut d'examen prioritaire en vue de l'homologation du traitement oral du cancer du sein inavolisib en combinaison avec les chimiothérapies standard palbociclib et le fulvestrant. La décision fait suite aux résultats favorables d'une étude de phase III INAVO120.

Novartis (-0,3%) reculait également tandis que Nestlé (+0,2%) était le seul poids lourd dans le vert.

Le peloton des perdants était emmené par Lonza (-1,9%) et les valeurs du luxe et de l'horlogerie Swatch (-1,7%) et Richemont (-1,1%).

ol/jh