par Vladimir Soldatkin

MOSCOU, 6 décembre (Reuters) - Le président russe Vladimir Poutine est arrivé mercredi à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, où il doit notamment s'entretenir avec son homologue Mohammed ben Zayed, avant de s'envoler pour l'Arabie saoudite, ont rapporté les agences de presse russe.

Le chef d'Etat russe doit rencontrer par la suite le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman (MBS) pour discuter de pétrole, de l'Opep+ et des conflits à Gaza et en Ukraine.

Cette rencontre avec MBS, la première depuis octobre 2019, intervient alors que les prix du pétrole ont baissé malgré l'engagement de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (Opep+) de réduire davantage l'offre.

Le Kremlin a indiqué qu'ils discuteraient de la coopération énergétique, notamment dans le cadre de l'Opep+, dont les membres pompent plus de 40% du pétrole mondial.

"Une coordination étroite entre la Russie et l'Arabie saoudite dans ce cadre est une garantie fiable du maintien d'une situation stable et prévisible sur le marché mondial du pétrole", a déclaré le Kremlin.

Ils discuteront également de la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza, de la situation en Syrie et au Yémen, ainsi que de questions plus générales relatives à la stabilité dans la région du Golfe. Les dirigeants aborderont également la question de l'Ukraine, a indiqué un collaborateur du Kremlin.

Les relations entre l'Arabie saoudite et la Russie dans le cadre de la coopération de l'Opep+ ont parfois été difficiles et les pays ont failli rompre un accord sur les baisses de production en mars 2020, alors que les marchés étaient déjà ébranlés par la crise du COVID-19.

À l'époque, l'Arabie saoudite a réduit les prix du pétrole pour ses clients, tandis que la Russie a déclaré qu'elle ne respecterait pas les obligations de quotas de production.

Cependant, les deux pays ont réussi à renouer leurs relations et l'Opep+ a accepté des réductions record de près de 10% de la demande mondiale de pétrole, afin de soutenir les marchés pétroliers.

En octobre, Vladimir Poutine a fait l'éloge de Mohammed ben Salman et a déclaré qu'en cas de divergences sur l'extension des réductions de l'Opep+, le Kremlin rechercherait un consensus. (Version française Kate Entringer, édité par Blandine Hénault)