Moscou (awp/afp) - La bourse de Moscou a suspendu jeudi les transactions en euros et en dollars après les nouvelles sanctions américaines la visant, une mesure susceptible d'inquiéter une partie de la population en période d'incertitude économique.

"En raison de l'introduction de mesures restrictives par les Etats-Unis à l'encontre du Moscow Exchange Group, les opérations de change et le règlement des instruments en dollars américains et en euros seront suspendus", a annoncé la Banque centrale russe dans un communiqué mercredi soir.

Cette décision ne concerne que la Bourse de Moscou - les Russes pourront toujours effectuer des transactions en dollars et en euros dans les banques du pays - mais elle pourrait entraîner une plus grande volatilité des taux de change.

Marqués par plusieurs dévaluations depuis la chute de l'Union soviétique, de nombreux Russes préfèrent épargner dans des monnaies occidentales et vendre des roubles en période de crise économique.

À l'époque soviétique, le marché noir des devises était florissant, avec des prix très éloignés du taux de change officiel fixé par l'Etat.

"Les entreprises et les particuliers peuvent continuer à acheter et à vendre des dollars américains et des euros par l'intermédiaire des banques russes. Tous les fonds détenus sur des comptes en dollars américains restent en sécurité", a précisé la banque centrale, se voulant rassurante.

De nombreuses entreprises et banques russes ont déjà réduit leur dépendance à l'égard des devises occidentales ces deux dernières années, le yuan chinois représentant désormais la majorité des transactions en devises étrangères à la bourse de Moscou.

Les banques russes affichaient jeudi matin des écarts compris entre 3 et 10 roubles entre le prix auquel elles proposent d'acheter et de vendre des devises.

Dans un mouvement de panique apparent après l'annonce des sanctions américaines mercredi, quelques-unes avaient momentanément augmenté leurs taux de change jusqu'à 200 roubles pour un dollar, contre les 89 roubles fixés par la banque centrale avant l'annonce.

Moscou a promis de répondre aux sanctions américaines, mais n'a pas précisé sous quelle forme.

afp/ol