Paris (awp/afp) - Les marchés mondiaux sont en demi-teinte mardi, les investisseurs se montrant prudents avant la publication en fin de semaine d'indices d'inflation en Europe et aux États-Unis.

En Europe, vers 13H50 GMT, la Bourse de Paris reculait de 0,80%, celle de Londres lâchait 0,49%, Francfort 0,47% et Milan 0,31%. A Zurich, le SMI cédait 0,81%.

A Wall Street, après un week-end de trois jours, le Nasdaq prenait 0,10%, le S&P 500 était stable et le Dow Jones cédait 0,20%.

Comme lundi, la journée est calme sur le plan des indicateurs même si les investisseurs même si les investisseurs ont pris connaissance de l'amélioration surprise de la confiance des consommateurs aux États-Unis en mai.

Le reste de la semaine sera plus chargé avec des nouvelles de l'inflation à la fois au Japon, dans la zone euro et aux États-Unis.

Toutes ces données peuvent jouer sur l'appétence au risque des investisseurs qui "s'est affaibli ces dernières semaines", notamment en Europe où les indices se sont éloignés de leur record, a commenté Kathleen Brooks, directrice de recherche à XTB.

C'est surtout l'indice PCE américain (en avril), indicateur d'inflation préféré de la banque centrale américaine (Fed), à venir vendredi, qui retiendra le plus l'attention.

"La tendance sur les prix sera examinée à la loupe vu à quel point elles sont importantes pour la Fed", ont commenté les analystes de Deutsche Bank.

Pour ramener l'inflation à 2%, la Fed a relevé ses taux entre mars 2022 et juillet 2023, les faisant grimper jusqu'à la fourchette de 5,25-5,50%, leur plus haut niveau depuis 20 ans, et les maintient aujourd'hui encore à ce niveau.

Les acteurs des marchés épluchent donc les publications macroéconomiques pour anticiper la première baisse des taux américains, qu'ils espèrent voir arriver en septembre après l'avoir attendu au début dès mars.

Du côté de la Banque centrale européenne (BCE), le marché s'attend à ce qu'elle annonce, à l'issue de sa prochaine réunion de politique monétaire du 6 juin, la première baisse de ses taux directeurs depuis le début de son cycle de resserrement monétaire, entamé en 2022.

Sur le marché obligataire, les rendement des emprunts d'État américains et allemand à dix ans étaient stables par rapport à la clôture de la veille.

Symrise en odeur de sainteté ___

Le fabricant de parfums et d'arômes Symrise grimpe de 2,60% à Francfort, à la suite d'une note de Deutsche Bank relevant sa recommandation de "conserver" à "acheter" tout en relevant le cours cible.

Le pétrole poussé par les tensions géopolitiques ___

Les prix du pétrole montent, poussés par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, Israël multipliant les frappes sur Rafah, et portés également par le plan de relance du secteur immobilier de la Chine.

Vers 13H35 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet, prenait 0,65% à 83,36 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison le même mois, progressait de 2,09% à 79,35 dollars.

Sur le marché des changes, la monnaie européenne gagnait 0,09% face au billet vert, à 1,0869 dollar pour un euro.

Le bitcoin lâchait quant à lui 2,45%, à 67.880 dollars.

afp/rp