Le président Joe Biden rencontrera des dirigeants musulmans, puis organisera un petit dîner avec les hauts responsables musulmans de son administration, la première dame Jill Biden et la vice-présidente Kamala Harris et son mari.

"Le président Joe Biden organisera une réunion avec les dirigeants de la communauté musulmane pour discuter des questions importantes pour la communauté", a déclaré mardi à la presse Karine Jean-Pierre, attachée de presse de la Maison Blanche, expliquant que ces dirigeants préféraient une réunion à un dîner.

La Maison-Blanche "a adapté le format pour répondre aux besoins", a-t-elle ajouté.

Cet événement contraste fortement avec le mois de mai dernier, lorsque M. Biden avait organisé une réception à l'occasion de l'Aïd, qui marque la fin du ramadan. Des dizaines de participants avaient acclamé M. Biden à la Maison-Blanche lorsqu'il avait déclaré à la foule : "C'est votre maison" : "C'est votre maison".

Les membres musulmans du Congrès qui ont assisté à cet événement, notamment les représentantes Ilhan Omar et Rashida Tlaib, une Américaine d'origine palestinienne, figurent désormais parmi les principaux détracteurs de la politique de M. Biden à l'égard de Gaza.

Emgage Action, un groupe de défense des musulmans américains, a déclaré avoir décliné l'invitation au dîner de mardi, en raison de "l'aide militaire inconditionnelle que M. Biden continue d'apporter à Israël", qui, selon eux, a conduit à une "catastrophe humanitaire aux proportions épiques".

De nombreux musulmans, Arabes et militants anti-guerre sont en colère contre le soutien de l'administration à Israël et à son offensive militaire à Gaza, qui a tué des dizaines de milliers de personnes et provoqué une crise de famine dans l'étroite enclave côtière d'environ 2,3 millions d'habitants.

Israël est le principal bénéficiaire de l'aide étrangère américaine, et les États-Unis ont opposé leur veto à plusieurs votes aux Nations unies appelant à un cessez-le-feu dans l'assaut de Gaza qui a commencé après l'attaque du groupe islamiste palestinien Hamas contre Israël le 7 octobre. Les États-Unis se sont abstenus lors d'un vote fin mars.

L'attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre, a fait 1 200 morts, selon les décomptes israéliens. L'assaut militaire israélien contre la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, a tué plus de 32 000 personnes, selon le ministère de la santé local, déplacé la quasi-totalité de la population et donné lieu à des allégations de génocide qu'Israël nie.

Des groupes musulmans et anti-guerre prévoient un iftar de protestation dans le parc Lafayette, près de la Maison Blanche. Ils ont déclaré qu'ils distribueraient des dattes et des bouteilles d'eau pour rompre le jeûne au coucher du soleil.