Genève (awp) - Pour la première fois en presque dix ans, Novartis part en quête d'argent frais sur le marché obligataire suisse. Le géant pharmaceutique a levé pas moins de 2,2 milliards de francs suisses en cinq tranches.

La multinationale rhénane signe ainsi la plus grosse transaction de l'année sur le marché primaire et compte parmi les plus importantes émissions réalisées en une seule fois, commentait mardi un courtier.

Dans le détail, Novartis a levé 650 millions à échéance 2027, 435 millions pour 2031 et 645 millions pour 2034. A cela s'ajoutent 280 millions pour 2040 et 190 millions pour 2049. Ces emprunts ont été levés sous la direction d'UBS, de BNP Paribas, de la Deutsche Bank et de la Banque cantonale de Zurich.

La demande était au rendez-vous. Un volume aussi important a pu être réuni en raison de primes de risque et primes de nouvelle émission attractives. Les écarts de swap s'étalent entre +33 points de base (pb) sur le court terme et +50 pb sur le long terme. Les rendements courent de +1,55% à +1,84%.

Il s'agit par ailleurs du premier emprunt de Novartis depuis février 2015. Le groupe avait alors levé 1,375 milliard en trois tranches, dont l'une arrivera à échéance l'année prochaine. Les deux autres ont un délai à respectivement 2029 et 2035.

A cela s'ajoute le fait que ce sont des obligations repo. Autrement dit, elles peuvent être utilisées pour des opérations avec la Banque nationale suisse (BNS). "Une obligation notée AA peut en outre être achetée tant par un investisseur particulier qu'un institutionnel", commente un courtier.

rr/rp