Les actions européennes ont perdu du terrain jeudi, plombées par les rendements élevés des obligations d'État après que la Réserve fédérale américaine a réduit ses projections de baisse des taux d'intérêt à une seule cette année.

Le STOXX 600 continental était en baisse de 0,5% à 0828 GMT, après avoir clôturé en hausse d'environ 1% lors de la session précédente.

La Fed a maintenu les taux d'intérêt inchangés mercredi et a repoussé le début des réductions de taux à décembre, les banquiers centraux prévoyant seulement une réduction de taux d'un quart de point cette année, contre trois prévues en mars.

Les rendements obligataires dans la zone euro ont augmenté, le rendement de référence des obligations allemandes à 10 ans s'établissant à 2,556 %.

Les actions européennes ont reculé par rapport aux records atteints la semaine dernière à la suite de la baisse des taux de la Banque centrale européenne, les investisseurs évaluant l'incertitude politique en France.

"La situation politique ne favorise pas l'appétit pour les actions européennes, et l'incertitude pousse les rendements européens à la hausse et ils s'éloignent les uns des autres", a déclaré Ipek Ozkardeskaya, analyste principal du marché chez Swissquote Bank.

Par ailleurs, le compilateur d'indices mondiaux MSCI a décidé mercredi de ne pas inclure la dette de l'Union européenne dans ses indices d'obligations d'État.

La plupart des secteurs se sont négociés à la baisse, l'immobilier sensible aux taux ayant baissé de 0,6 %.

Les valeurs automobiles ont perdu 2 % et ont mené les baisses sectorielles. Les actions de Stellantis, cotées à Milan, ont chuté de 2,6 % alors que le quatrième constructeur automobile mondial a maintenu ses prévisions financières pour 2024.

Le titre a été l'un des principaux perdants de l'indice italien FTSE MIB, qui a chuté de 1,1 %.

Parmi les autres titres, Wise a chuté de 16,1 % pour atteindre la dernière place de l'indice STOXX 600 après que la société britannique de transfert d'argent ait prévu une croissance de 15 % à 20 % de son revenu sous-jacent cette année, ce qui représente un ralentissement par rapport aux 31 % observés au cours de l'année jusqu'à la fin du mois de mars.

Les actions de Lufthansa ont chuté de 5,2 % après que J.P.Morgan a placé le transporteur phare allemand sous surveillance négative.

Dans le même temps, BT a gagné 2,4 % après que le magnat mexicain Carlos Slim a pris une participation de 3,16 % dans le plus grand opérateur britannique de téléphonie mobile et à large bande. (Reportage de Shristi Achar A à Bengaluru ; Rédaction de Sherry Jacob-Phillips et Varun H K)