Certains des plus grands constructeurs automobiles européens ont encore reculé jeudi, inquiets de la réaction de la Chine aux nouveaux droits de douane imposés par la Commission européenne sur les voitures électriques chinoises importées, dans le but de lutter contre ce qu'elle considère comme des subventions excessives de la part de Pékin.

A 0847 GMT, l'indice automobile européen a chuté de 2,2% pour atteindre son plus bas niveau depuis plus de quatre mois, tandis que le STOXX 600, plus large, était en baisse de 0,6%. Volvo Car, exposé à la Chine, a été le plus grand perdant, en baisse de 5%, suivi par les constructeurs automobiles allemands Porsche AG, Volkswagen, Mercedes et BMW, en baisse de 2 à 4%.

"Le risque est que la Chine prenne maintenant des mesures qui toucheraient particulièrement les équipementiers allemands qui exportent vers la Chine", a déclaré Daniel Schwarz, analyste chez Stifel.

Selon l'agence de presse nationale Xinhua, Pékin espère que l'Union européenne reconsidérera les droits de douane sur les véhicules électriques chinois et cessera d'aller dans la "mauvaise direction" pour protéger son industrie automobile de la concurrence.