LE CHEF DE L'IATA, M. WALSH, ESTIME QUE LES PRESTATAIRES DE SERVICES DE LA CIRCULATION AÉRIENNE, TELS QUE LES NATS BRITANNIQUES, DOIVENT ASSUMER LES COÛTS DES DÉFAILLANCES OPÉRATIONNELLES