BUDAPEST, 6 décembre (Reuters) - Le parti au pouvoir en Hongrie a soumis mercredi une résolution au Parlement appelant le gouvernement à ne pas soutenir le début des négociations sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne (UE), alors que Budapest augmente la pression sur Bruxelles avant un sommet européen la semaine prochaine.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a prévenu que les dirigeants européens pourraient ne pas parvenir à un consensus sur l'ouverture de négociations d'adhésion avec l'Ukraine et a demandé que la question ne soit pas inscrite à l'ordre du jour du sommet prévu à Bruxelles les 14 et 15 décembre.

Il doit être reçu jeudi à l'Elysée par le président Emmanuel Macron pour discuter notamment des différends liés à l'Ukraine.

"La politique d'expansion de l'Union européenne doit rester un processus objectif fondé sur des règles et des résultats", indique la résolution parlementaire présentée par le parti au pouvoir Fidesz.

"Le début des négociations d'adhésion avec l'Ukraine devrait être basé sur un consensus entre les États membres de l'Union européenne (...) Les conditions ne sont pas réunies aujourd'hui".

Les dirigeants européens doivent d'abord procéder à une évaluation approfondie de la manière dont l'éventuelle adhésion de l'Ukraine affecterait la politique agricole et la cohésion au sein de l'Union, dont les membres les plus pauvres de l'UE, y compris la Hongrie, sont parmi les principaux bénéficiaires, indique encore la résolution. (Rédigé par Boldizsar Gyori, Krisztina Than et Gergely Szakacs, Blandine Hénault pour la version française, édité par Kate Entringer)