Le prêteur de crypto-monnaie Genesis Global a réglé une action en justice que le procureur général de New York avait intentée contre lui l'année dernière, éliminant ainsi un fardeau juridique important alors qu'il se débat dans sa procédure de faillite.

En octobre, le procureur général Letitia James avait poursuivi la société, sa société mère Digital Currency Group (DCG) et la société de crypto-monnaies Gemini Trust Co pour avoir prétendument "escroqué" des investisseurs à hauteur de plus d'un milliard de dollars.

Mme James avait affirmé que Genesis avait escroqué des investisseurs par le biais d'un programme d'investissement appelé Gemini Earn, qu'elle gérait avec son ancien partenaire Gemini.

Le programme Earn permettait aux clients de Gemini de prêter leurs crypto-actifs à Genesis et de percevoir des intérêts en échange.

L'accord de règlement déposé jeudi, qui doit être approuvé par le tribunal américain des faillites du district sud de New York, indique que Genesis a accepté de cesser ses activités dans l'État de New York.

La semaine dernière, Genesis a également réglé une action en justice intentée par la Securities Exchange Commission des États-Unis au sujet du programme Earn, acceptant une amende de 21 millions de dollars qui ne sera payée que si la société est en mesure de rembourser intégralement ses clients dans le cadre de sa faillite.