Récemment, j’ai lu un article rédigé par Reuters qui justifiait la hausse des rendements obligataires aux Etats-Unis en raison des risques d’un nouveau mandat de Donald Trump sur fond d’une (très) mauvaise performance du Président sortant, Joe Biden, lors d’un récent débat télévisé. Les analystes estiment en effet que la hausse des droits de douane associée à de nouvelles baisses d’impôts devraient se traduire par une inflation élevée.

Pourtant, lorsqu’on regarde les mouvements intraday entre les bonds et le yen, une autre explication est envisageable. Le Japon serait en train de vendre massivement les Treasuries, poussant mécaniquement les rendements à la hausse, dans le but de financer une intervention pour soutenir sa monnaie. Et pour la peine, mieux vaut vendre les bonds des copains (i.e. les Etats-Unis) plutôt que ceux de son pays. Il faut dire que le yen vient de toucher un point bas de près de 40 ans face au dollar. Et toute chose égale par ailleurs, il n’y a aucune raison que cela change, surtout si la Fed attend des preuves concrètes d’une désinflation avant de baisser des taux.

J’attire toutefois votre attention sur l’écart de rendements entre le 10 ans japonais et le 10 ans américain. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, la dégringolade du yen japonais a été concomitante avec l’écartement du spread. En d’autres termes, plus les Etats-Unis augmentaient leurs taux directeurs, plus il devenait intéressant d’acheter du dollar et de vendre du yen pour empocher le différentiel de rendement. Or, depuis quelques semaines, on constate un début de décorrélation entre la devise nippone et le spread. La dernière fois que cela s’est produit, c’était fin 2020 et il aura fallu attendre 6 mois pour que la corrélation reprenne ses droits. Comme nous l’avions déjà mentionné dans un précédent article, le débordement des -324/22 viendra confirmer la fin du tightening et ouvrira la voie aux -230 voire -188. Avec pour effet retard un yen qui devrait enfin enrayer sa spirale baissière. Comme de coutume, on attendra sagement les signes tangibles d’un tel retournement pour couper ses éventuelles positions longues USDJPY et tenter le reversal.

Dans le reste de l’actualité, l’EURUSD a débordé les 1.0812 et se dirige sur ses sommets de juin à 1.0890. L’aussie vient de sortir par le haut de son canal de consolidation en débordement des 0.6700 ouvrant la voie à une poursuite de la hausse en direction des 0.6800 avant les 0.6940/75.